INTERVIEW- MOUBARAK COMPAORÉ: « Je suis un véritable tueur de…»

ENTRETIEN- MOUBARAK COMPAORÉ

Nous avons l’honneur aujourd’hui de nous entretenir avec l’un des plus grands espoirs du Football burkinabé Moubarak Compaoré  ( Sarpsborg, Norvège). Né  le 24  septembre 2002, Moubarak Compaoré a émerveiller plus d’un lors de la Can U20  en Mauritanie par sa vitesse, sa technique et sa capacité à éliminer en un contre un. Suivons…

Moubarak Compaoré, C’est  ta  première  interview ?

Non, absolument pas.

Tu es un habitué alors ?

(Rires) Non plus! Mais ce n’est pas ma première fois.

Qui est Moubarak Compaoré ?

Moubarak est un jeune footballeur (attaquant)  burkinabé qui vient de kaibo.

Comment le Football est venu à toi ? Tu as tout de  suite  aimé ?

J’ai aimé le football depuis tout petit. Tout le monde appréciait au quartier. Mon père m’a par la suite amené au Ghana dans un centre de formation mais malheureusement là- bas la formation était beaucoup plus basée sur l’école. Et je suis rentré quelques temps après.

Quels  sont tes qualités ?

Je suis un garçon plutôt normal, ma vie est normale. J’essaye de faire de bonnes choses, de bien les faire,  de rendre les gens heureux et de rester humble. Sur le terrain, je suis un véritable tu.eur de match, un joueur très particulier, discipliné tactiquement, rapide attentif, intelligent capable de faire des feintes, des dribbles chaloupés et des accélérations redoutables.

Comment as- tu  atterris à Oslo ?

J’ai rallié Oslo après le tournoi Ufoa b au Niger en 2019. Avant  cela j’ai fait un passage  chez les jeunes de l’Asfa yenenga, j’ai participé à un tournoi avec les étalons U17 en France et j’ai aussi fait un test qui était concluant avec le Fc Nantes que j’avais choisi malgré le fait que j’étais également solliciter par plusieurs clubs français. Puis, j’ai rejoint les étalons pour  le tournoi ufoa b au Niger et après j’ai été contacté par Mr Fall qui m’a présenter son projet auquel j’ai adhéré en partant à Oslo. De là- bas, je partais régulièrement en Norvège pour des stages.

Tu as été  bien  accueilli ?

J’étais bien accueilli. Je me suis vite adapté  parce que j’étais préparé mentalement pour ça. Il faut dire que le Sénégal est un exemple dans la sous-région. On y trouve également  des joueurs internationaux venus du Mali, du Benin, la Guinée, le Liberia. J’étais avec un autre joueur Burkinabé du nom de Abdoul Ouedraogo ( Ex meilleur joueur de airtel jeune talent). Ils m’ont bien accueilli.

Tu as aussi participé à la Can U20 et tu t’es bien comporter lors de cette compétition. Quel a  été ton plus beau souvenir ?

Mon plus beau souvenir, c’était avec mes coéquipiers. On a passé de bons moments sur le terrain et hors du terrain. J’ai retrouvé des plusieurs avec qui j’ai joué en U17. L’ambiance était très bonne, on s’amusait, c’était une fierté. Les coaches Oscar Barro et Sampo nous conseillaient. Le coach Kamou Malo également me corrigeais et me conseillais beaucoup. C’était une famille.

Et le plus mauvais ?

Mon plus mauvais souvenir, c’était le fait de n’avoir pas pu remporter la Can parce qu’on était parmi les équipes les plus crains.

Tu as par la suite paraphé un contrat avec le club Norvégien Sarpsborg, comment as-tu accueilli  cette nouvelle ?

C’était un rêve devenu réalité pour moi. Tout le monde était content! Ma famille, mes amis, ceux qui m’ont soutenu, j’ai reçu beaucoup de messages. J’avais le sentiment  d’avoir franchi un cap mais ce n’est que le début. On espère bien mieux.

Quels sont tes objectifs cette saison avec Sarpsborg ?

Remporter des trophées et les faire jouer la ligue des champions l’année prochaine.

L’équipe  nationale des étalons, ça représente quoi pour toi ? Tu as hâte d’y être ?

C’est un honneur pour tout joueur de représenter son équipe nationale. C’est une fierté d’être international et moi j’ai tellement hâte de représenter le Burkina et de gagner des titres pour mon pays. J’ai un pincement au cœur quand je pense qu’on n’ait pas encore une Can après une finale et des demi- finales. Je rêve de donner au Burkina Faso son premier trophée continental mais tout cela dépend  de moi. C’est à moi de prouver que je le mérite. J’ai tellement hâte!

Un mot de Fin ?

Je remercie toute la page FasoSports pour tout ce que vous faites pour la promotion des joueurs burkinabés. Que Dieu vous bénisse et vous garde! Je remercie également tous ceux qui m’ont soutenue et qui me soutiennent toujours. Mes amis, ma famille  et surtout mon papa bien aimé. Merci Le meilleur est à venir!

Interview réalisée par Ghislain TIENDREBEOGO pour FasoSports.

FasoSportstv.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activé les notifications OK Non merci!