Burkina 1-1 Algérie: L’art de jouer crânement sa chance et y croire fermement… (Analyse de David TRAORÉ)

Burkina 1-1 Algérie: L’art de jouer crânement sa chance et y croire fermement… (Analyse de David TRAORÉ)

J’étais sceptique non pas par pessimisme mais au regard de la tâche à accomplir, l’écart de qualité  intrinsèque entre le Burkina et l’Algérie championne d’Afrique en titre, le contexte défavorable de la rencontre c’est a dire la delocalisation du match due à la suspension du stade du 4 Aout, l’antre fétiche des étalons, la blessure et l’absence de quelques éléments importants de l’effectif, et la victoire laborieuse contre le Niger, il y’a 5 jours, etc.

Contre toute attente et en dépit du scenario du match (le BF ayant concédé le premier but du match des la 17”), les Etalons de Kamou Malo ont su relever la tête, élever leur niveau de jeu et faire jeu égal sinon dominer les grands noms Algériens de Manchester City, Galatasaray, Lyon, Napoli, Villa real, Milan Ac, Westham, etc.

Les Etalons ont dégagé une force collective impressionnante, une discipline tactique rigoureuse et un état d’esprit remarquable – jouer crânement sa chance en ayant conscience de ses propres limites et y croire fermement malgré le prestige de l’adversaire en face.

Charles Kabore disait en 2017 avant la CAN au Gabon sur les chances des étalons ceci: “le Burkina n’a pas de stars mais des ambitions”. Hier nos jeunes l’ont prouvé. Et il faut féliciter Kamou Malo qui a su trouver non seulement la bonne alchimie entre jeunesse (Koffi, Frank, Feyssal, Gustavo) et expérience (Dabo, Yago, Guira, Dayo), mais aussi les mots justes pour booster la confiance de ses poulains et mettre en place la stratégie adéquate pour attendre un tel niveau de performance de l’équipe nationale en si peu de temps …

Si je dois les noter, à tous je donnerais la note de 10/10 y compris le coach. Au poteau, Koffi nous a sorti les parades et les arrêts décisifs qu’il fallait. En défense centrale, Dayo et Steve Yago ont été solides. Sur les côtés, le culotté Abass Traore de Horoya à muselé Riyad Mahrez de Manchester City et Issa Kabore intenable semblait avoir mangé du lion tant ses innombrables dédoublements et chevauchées ont exaspéré les algériens.

Au milieu de terrain, Bryan Dabo a été majestueux, dégageant sérénité et puissance athlétique. Guira a avalé des km, et récupéré des ballons incalculables. Gustavo, le technicien a davantage confirmé tout le talent entrevu contre le Niger, aisance technique et intelligence de jeu.

Zaki sur le flanc droit a percuté, défendu, et constitué un poison permanent pour la défense algérienne. Sur le front de l’attaque Burkinabé, Lassina à été surveillé comme du lait sur le feu. Cependant cela n’a pas empêché le buteur burkinabé de décrocher et servir la balle de l’égalisation à son compère du jour Feyssal  Tapsoba, qui n’a ménage aucun effort jusqu’à sa sortie …

Avec cette performance contre un grand du continent, le BF revient aux fondamentaux qui ont fait le succès de l’équipe nationale en 2013 et 2017: une âme collective, l’état d’esprit, la force du collectif, le groupe Etalon. A nous de consolider cet acquis en soutenant coach, staff et joueurs !

Le résumé de Burkina/Algérie 

David TRAORÉ

FasoSportstv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Activé les notifications    OK Non merci!